Elon Musk s’épanche sur son état « d’épuisement » : Tes …

L’interview confidence d’Elon Musk, le PDG-fondateur de Tesla, au New York Times vendredi, dans laquelle il s’est épanché sur son état « d’épuisement » et de stress n’a pas rassuré les investisseurs : l’action du fabricant de voitures électriques a chuté de 8,93%, accentuant le plongeon boursier constaté depuis le 7 août, lors d’un tweet controversé d’Elon Musk dans lequel il indiquait son intention de retirer Tesla de la cote au prix de 420 dollars le titre, en assurant avoir un financement pour cette opération qui demanderait au moins 50 milliards de dollars même s’il conservait sa participation de 20%. Tesla vaut 53 milliards de dollars en Bourse.

Dans le viseur du gendarme de la Bourse américaine

Une annonce qui rompait les codes de la communication financière qu’il ne regrette pas, alors que la SEC, le gendarme de la Bourse américaine a lancé une enquête pour savoir si ces informations étaient bien réelles. Dans son entretien au New York Times, Elon Musk a dénoncé pris les investisseurs qui spéculent sur la baisse du cours de Tesla, expliquant qu’ils étaient responsables « d’une grande partie de son stress ».

« L’année écoulée a été l’année la plus difficile et la plus douloureuse de ma carrière (…). C’était atroce », a confié Elon Musk au quotidien américain, qui le décrit comme « passant du rire aux larmes » au cours de la conversation et s’étranglant à plusieurs reprises sous le coup de l’émotion.

Paraissant épuisé au cours de l’interview, le PDG de 47 ans a affirmé travailler 120 heures par semaine (soit 17 heures par jour), prendre un sédatif puissant pour dormir, ne pas avoir pris plus d’une semaine de vacances depuis 2001 et ne plus avoir de temps à consacrer à sa famille.

Outre l’affaire du tweet n’est pas la seule à contrarier le gendarme de la Bourse. Selon le Wall Street Journal dans son édition de ce jeudi 16 août, la SEC enquête aussi depuis l’an dernier sur la communication financière autour de la difficile montée en cadence de production du Model 3, qui entraîne des retards de livraison conséquents.

Un message pour avoir un numéro 2?

S’ajoute par ailleurs, une plainte déposée le 9 août par un ancien salarié de Tesla chargé de la sécurité interne auprès de l’autorité des marchés financiers, assurant que l’entreprise avait espionné des salariés en piratant leurs téléphones portables et leurs ordinateurs.

« Je pensais que le pire était passé, je pensais que c’était fini », a dit Elon Musk au New York Times. « Le pire est passé d’un point de vue opérationnel » pour Tesla « mais du point de vue de la douleur personnelle, le pire est encore à venir. »

Faut-il voir dans ces confidences un message envoyé au conseil d’administration pour qu’il recrute un numéro 2, comme cela est le cas chez Space X? Selon le New York Times, Tesla cherche effectivement un lieutenant pour le « soulager ». Assurant qu’il comptait conserver ses fonctions à la tête de Tesla, Elon Musk a néanmoins ajouté: « Si quelqu’un peut faire mieux que moi, tenez-moi au courant. Il peut avoir le poste. »

(Avec AFP)

Source: La Tribune – https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/automobile/elon-musk-s-epanche-sur-son-etat-d-epuisement-tesla-chute-en-bourse-787911.html

Laissez un commentaire

Publicité
:: Fringales ::