Le gouvernement s’attaque au chômage de longue durée

Le gouvernement s’attaque à un vaste chantier. Lors d’un débat sur le projet de loi visant à réformer l’apprentissage et la formation professionnelle au Sénat, la ministre du Travail Muriel Pénicaud a annoncé devant le Sénat le 10 juillet que le gouvernement envisageait la création d’une allocation pour les chômeurs de longue durée (*). Si le taux de chômage au sens du bureau international s’est établi à 9,4% de la population active à la fin de l’année 2017 (contre 10,1% à fin 2016), celui du chômage de longue durée a diminué moins vite. Il est passé de 4,6% à 4,2% entre 2016 et 2017.

À l’heure où les partenaires sociaux se réunissent ce mercredi 11 juillet pour définir l’agenda social de la rentrée, la proposition de la ministre devrait susciter quelques réactions.

Une nouvelle allocation

Lors de son intervention, Muriel Pénicaud a précisé que le gouvernement envisageait de déposer un amendement à son texte de loi qui prévoit que :

« les partenaires sociaux, dans le cadre de la convention d’assurance chômage, puissent se prononcer ou explorer la possibilité d’avoir une allocation chômage de longue durée car au moment même où l’emploi repart, où il y a beaucoup de perspectives et où on crée des emplois, il y a néanmoins un chômage de longue durée sur lequel les partenaires sociaux pourraient avoir envie de faire quelque chose. »

La durée d’indemnisation pour les chômeurs de longue durée irait au-delà des deux ans prévus actuellement, a poursuivi la ministre. Aujourd’hui, un chômeur de longue durée est indemnisé pendant deux ans avant de basculer dans l’Allocation de solidarité spécifique (ASS).

Un second article à l’amendement prévoit que les partenaires sociaux puissent entrer « dans le dispositif de la négociation de l’assurance chômage toute de suite », à savoir de septembre à fin 2018 ou début 2019. « Plusieurs des partenaires sociaux ont exprimé au gouvernement qu’il y ait un agenda social plus important, entre eux, mais aussi avec le gouvernement, pour ouvrir un certain nombre de ces sujets », a dit la ministre.

« C’est dans ce contexte que le président de la République leur a proposé de les rencontrer mardi prochain, le 17 juillet, pour pouvoir discuter du champ de cet agenda social », a-t-elle poursuivi, rappelant que parmi les différents sujets qui pourraient être abordés, Emmanuel Macron a évoqué le 9 juillet, devant le Congrès, la santé au travail et l’assurance-chômage.

« Mais il faut savoir que les conventions d’assurances chômage ont un calendrier et qu’il n’est pas possible de déroger à ce calendrier sans disposition législative », d’où la nécessité de déposer cet amendement, a-t-elle souligné.

Le phénomène inquiétant des chômeurs de longue durée

Le chômage de longue durée est loin d’être un phénomène nouveau. Pour autant, la crise de 2008 a fortement accentué le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi selon les chiffres de l’organisme public. Ils étaient environ 2,59 millions dans cette situation à la fin du premier trimestre 2018 sur plus de six millions d’inscrits. Ce qui représentait environ 41% du total des inscrits à la fin du mois de mars.

Par catégorie, ce sont les demandeurs inscrits entre un an et deux ans qui sont les plus nombreux (1,1 million). Mais plus inquiétant encore, ce sont les chômeurs de très longue durée qui ont tendance à croître encore plus rapidement, comme l’illustre le graphique ci-dessous. Il y a d’ailleurs plus de chômeurs de très longue durée si on fait la somme des deux catégories (de deux ans à moins de trois ans et trois ans ou plus).

Par ailleurs, ces chiffres ne prennent pas en compte tous ceux qui ne sont même plus inscrits à Pôle emploi, soit parce qu’ils ne recherchent pas d’emploi par découragement, soit parce qu’ils ne sont pas disponibles rapidement pour travailler ou n’y trouvent pas un intérêt financier. C’est ce que l’on appelle le « halo du chômage ».

Lire aussi : Retour à l’emploi : le calvaire des chômeurs de longue durée

___

(*) Un chômeur de longue durée est un actif au chômage depuis plus d’un an. À partir de 24 mois, on parle de chômage de très longue durée.

(Avec agences)

Source: La Tribune – https://www.latribune.fr/economie/france/le-gouvernement-s-attaque-au-chomage-de-longue-duree-784769.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

*

Publicité
:: Fringales ::