Jordan Peele raconte son amour pour la musique de film sur Spotify

Pour la première fois, la plateforme de streaming a donné l’opportunité au réalisateur de Us d’organiser une playlist commentée par ses soins, regroupant un ensemble de chansons marquantes par leur utilisation dans divers films.

Alors que Us a reçu par sa seule présentation en festival des critiques élogieuses, il semblerait que son emploi de la musique (et notamment de titres déjà existants) a particulièrement été pensé par son réalisateur Jordan Peele. On peut ainsi trouver, aux côtés de la composition originale de Michael Abels, un remix de I Got 5 On It de Luniz, Good Vibrations des Beach Boys ou encore Fuck Tha Police de N.W.A.

Pour la promotion du film, Spotify a proposé à l’auteur de partager cette passion pour la relation entre musique et cinéma. C’est la première fois que le service de streaming organise un « takeover » sur sa plateforme, permettant au réalisateur (ainsi qu’à son comédien principal Winston Duke) de proposer des playlists de leurs titres fétiches. Dans le cas de Peele, ce dernier met en avant des chansons et des thèmes exploités au cinéma, afin d’asseoir le rapport particulier qu’il entretient avec eux, mais aussi pour expliquer comment leur utilisation a pu changer à jamais une scène. De Beetlejuice à Shaun of The Dead en passant par Blue Velvet, Les Goonies ou encore Génération perdue, le cinéaste offre une véritable leçon de mise en scène, pédagogue et intime.

Un exercice logique et passionnant

Il faut dire que le réalisateur n’en est pas à son coup d’essai. Get Out exploitait déjà plusieurs chansons, qui à leur manière, renforçaient la force symbolique du récit, et le point de vue du protagoniste sur le monde qui l’entoure. Julien Lester et Olivier Lamm l’évoquent dans leur article pour Libération, où « l’expérience racisée […] passe par le son », soit en convoquant l’évidence de l’état du monde (avec Redbone de Donald Glover, traitant du succès des Afro-américains dans le domaine de la pop), soit pour donner un sens soudainement littéral à des paroles (Run Rabbit Run de Flanagan et Allen, dont le titre est à lui seul prémonitoire du danger qu’encoure le héros).

L’expérimentation de Spotify semble ainsi être une évidence, et Doug Neil, le vice-président exécutif du marketing digital d’Universal, n’a pas manqué de le préciser à Variety : « Célébrer sa voix et sa vision sur Spotify, qui reflète la culture dans tous ses courants, faisait totalement sens lorsque nous cherchions à créer de l’excitation autour de la sortie de cet incroyable film ». On espère que cette démarche de la part de Spotify saura se renouveler, tant de nombreux cinéastes pourraient s’avérer passionnants en commentant leur relation à la musique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

*

Publicité
:: Fringales ::