Une première preuve que les humains possèdent un sens géomagnétique

Si cela se confirme, il s’agirait d’une première preuve neuroscientifique que les humains possèdent bien un sens géomagnétique, un peu comme certains autres animaux vertébrés comme des oiseaux migrateurs, des mammifères, des amphibiens et des poissons.

Le saviez-vous?

  • Le champ magnétique de la Terre est engendré par les mouvements de son noyau liquide.
  • Son intensité à la surface varie en fonction des mouvements des fluides du noyau.
  • Il est assez faible. Environ 100 fois plus faible que celui d’un aimant de réfrigérateur.
  • Il protège des effets nocifs des vents solaires, et son existence a mené à l’apparition de la vie sur Terre.

Une expérience en laboratoire

Dans leur expérience, le géoscientifique Joseph Kirschvink et le neuroscienfique Shin Shimojo de CALTECH (California Institute of Technology) ainsi que le neuro-ingénieur Ayu Matani de l’Université de Tokyo ont utilisé une chambre métallique qui permet d’isoler les individus qui s’y trouvent de l’influence des champs électriques extérieurs.


Illustration de la chambre de magnétoréception humaine.Agrandir l’image
Illustration de la chambre de magnétoréception humaine. Photo : CALTECH

Ils ont ensuite pu déterminer et appliquer l’intensité d’un champ magnétique et le diriger dans différentes directions pendant que les 34 participants de tous âges et de toutes origines y défilaient l’un après l’autre durant sept minutes.

L’activité électrique de leurs cerveaux a été enregistrée à l’aide d’électroencéphalogrammes tout au long de l’expérience et aux moments où les chercheurs les exposaient à différents champs magnétiques semblables à ceux observés sur Terre.

Le trio de chercheurs a ainsi découvert des modèles d’ondes cérébrales distincts qui se produisent en réponse à la rotation du champ magnétique.

Il existait cependant certaines différences entre les participants puisque les cerveaux de certains ne réagissaient pratiquement pas, alors que ceux d’autres réagissaient beaucoup plus.

Les humains posséderaient donc une sensibilité géomagnétique variable.

Avec la présence connue de systèmes de navigation géomagnétiques très évolués chez les espèces du règne animal, il n’est peut-être pas surprenant que nous puissions conserver au moins certaines composantes neurales fonctionnelles.

Joseph Kirschvink

« Surtout compte tenu du mode de vie nomade des chasseurs-cueilleurs de nos ancêtres pas trop lointains. Toute l’étendue de cet héritage reste à découvrir », ajoute-t-il.

De futures études sur la magnétoréception dans diverses populations humaines pourraient fournir de nouveaux indices sur l’évolution et les variations individuelles de cet ancien système sensoriel.

Joseph Kirschvink

Les auteurs, dont le détail des travaux est publié dans la revue eNeuro (Nouvelle fenêtre) (en anglais), espèrent maintenant que d’autres équipes arriveront aux mêmes conclusions.

D’autres expériences de magnétoréception humaine n’avaient pas mené à des résultats concluants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

*

Publicité
:: Fringales ::